Le blues de Mézières

Publié le par Guigui

C’est la larme à l’œil et le cœur encore plein de jolis souvenirs, que j’ai décidé d’écrire ce petit mot sur une maison qui a été pour moi un lieu de bonheurs, de plaisirs, de fêtes, de rires et de plein d’émotions…je ne pouvais pas laisser tout ça partir sans rien dire.

Je sais, vous me direz, c’est le blog de ma fille, mais Mézières, c’est quand même la maison dans laquelle nous l’avons conçue après tout, alors quoi de plus normal que de lui rendre hommage ? Un hommage que n’aurait pas lieu d’être, si en 1961, un couple de Parisiens n’avait eu la folle idée d’acheter cette petite ferme dans le Vexin. Ce couple, c’est mes grands parents. Et voilà comment tout a commencé.

Papou-Mamou.jpgMaison.jpg

Je ne vais pas trop rentrer dans les détails, mais en gros, mes parents se rencontrent... hop hop... nous arrivons, ma soeur et moi, et peu de temps après nous voilà partis, le vendredi soir, alors que nous avons école le lendemain, dans la belle DS Citroën, direction l’autoroute de l’Ouest… sortie Bonnière et cette longue route le long de la Seine qui me paraissait interminable à l’époque. Puis après la Forêt de Vernon, l’arrivée à Mézières… Et le rituel commence… trouver la bonne clé sur le trousseau de 25 qui ouvre le portail, à la lueur d’un briquet… et puis la même routine pour la porte de la maison… et ça y est… cette odeur que je n’oublierai jamais, cette odeur de vieille maison, qui sent à la fois le renfermé et l’humidité, mais qui représente le début du week-end.

Maison-2.jpg

Pendant toutes ces années où je suis venu dans cette maison, ça aura été constamment le même refrain…et toujours dans la simplicité. Voilà, le mot qui résume le mieux cette maison ; la simplicité. Et c’est pour cela, et grâce à mes grands parents qui ont su conserver cet état d’esprit, que tous les cousins, les cousines, les frères et les sœurs, les amis, les amis de la famille, les amis des amis ou même les petites copines ont toujours ressenti ce sentiment de bien être dans cette simple maison de campagne.

DSC01233.JPG

Je pense que si Mézières avait des mains, elle pourrait écrire un roman avec toutes les histoires qui se sont passées entre ses murs. Toutes ces histoires, qui me reviennent à l’esprit… je pense qu’il y en a autant que de graviers dans l’allée, ou de pâquerettes dans le gazon.

Mes premiers souvenirs de bébé, mes premiers pas, premières baignade dans la lessiveuse remplie d’eau pour faire une piscine de fortune, mes premières nuits avec les cousins dans le grenier aux jolies poutres apparentes ou dans le pigeonnier, aménagé pour l’occasion en cabane de luxe.

Piscine-Cabane.jpg

Mais, c’est aussi les premiers œufs brouillés du matin à la ciboulette du jardin de « super Papou » (rectte que j’ai transmise à Cathy et qui feront sûrement d’ici quelques années, le bonheur d’Anaïs), sans oublier les rillettes et le saucisson à l’ail au p’tit dèj. Mes premiers mètres en vélo, mais aussi mes premières leçons de conduite avec Mamou sur les petites routes de Tourny. Aujourd’hui encore, je ne peux conduire sans repenser à ces moments.

BBQ.jpg

Mézières c’est aussi la sieste à l’ombre des arbres, et les interminables parties de tennis, avec Papou qui regarde en inspectant du coin de l’œil pousser son potager et Mamou qui coupe des bouquets de lilas. Et après une bonne douche au jet d’eau, les uns préparent l’apéro, pendant que les autres s’activent autour du barbecue. C’est généralement le signe d’une petite soirée sympa, une simple soirée à discuter pendant des heures ou à se faire une partie de Trivial ou de Risk, à la lueur d’une lampe tempête, avec une petite laine (car les soirées en Normandie sont toujours un peu fraîches) et un p’tit calva sorti de la cave.

1989-3--Medium-.jpg

Et pour finir en beauté, une fois la nuit bien installée, et la pollution des lumières de la ville dissipée, Papou pouvait enfin sortir son Celestron… son télescope. Et là, on passait des nuits à contempler les anneaux de Saturne, ou les cratères de la Lune et Papou nous lisait les étoiles comme on lit une histoire à un enfant. Aujourd’hui encore, quand je suis en bateau et que je regarde les étoiles, je repense à ces longues soirées Celestron. Encore une fois, je ne remercierai jamais assez Papou pour ces superbes soirées.

Tongs.jpg

Et le dimanche soir, une fois la maison rangée, au moment ou le soleil nous nargue en éclairant pour la dernière fois de la journée l’allée de graviers et qu’il faut rentrer à Paris, c’est le plus dur… le dernier coup de serpillière et on ferme la maison et se donnant rendez-vous le week-end prochain.

Ap--ro.jpg

Ce premier samedi du mois de mai 2007, nous avons fait comme d’habitude, sauf qu’on ne s’est pas donné rendez vous pour le week-end prochain… et, nous n’avons pas vraiment fermé la maison. La page est tournée, Mézières ne sera plus notre maison de campagne, et il faut se faire à l’idée.

Aujourd’hui, j’ai deux énormes regrets ; de ne pas avoir eu l’argent pour racheter la maison et qu'Anaïs n'y soit venue que deux fois : je ne la verrai jamais courir dans le gazon de Mézières.

DSC02279.JPG

Ne soit pas triste ma pettie Anaïs, même si je suis vraiment affecté, je pense qu’il ne faut pas terminer cette merveilleuse histoire sur une note triste. Les Jégu sont partis, mais la maison reste là, et je suis certain que le gazon et les pâquerettes feront la joie de plein d’autres petits enfants.

Merci Papou et Mamou…

Ci-dessous, une petite vidéo de quelques souvenirs de Mézières...


Publié dans La famille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvie 29/12/2007 16:05

Coucou !Je découvre votre blog, il est très accueillant et convivial ... Votre puce est magnifique.J'ai été très émue par l'histoire de cette belle maison de campagne ... Mes parents, bientôt en retraite, vont devoir vendre "notre" maison d'habitation, qui  fut celle aussi de mes grand parents ...  Je n'ose y penser car cela m'affecte aussi !bravo pour ce récit plein de joie, d'amitié et d'amour !

Béa 02/07/2007 20:41

J'avais lu le récit de Dorothée... le tien est tout aussi émouvant.On devrait tous avoir un Mézières dans le coeur.Bon et puis j'en profite pour découvrir le blog très sympa d'Anaïs... c'est trop sympa par ici!

Dorothée 18/05/2007 13:18

Trop sympa ton article, ert puis tous les souvenirs évoqués, vraiment super émouvant...c'est vrai qu'on pourrait en écrire une tartine sur tous nos jeux d'enfants... et comment on faisait peur à Jérémie et tout ça et tout ça....

Mamiflo 16/05/2007 19:09

C'est magnifique mais c'est triste , triste, trop émouvant de voir Mézières et toutes ces générations et les uns et les autres; En plus avec cette musique on a du mal à reprendre le moral surtout après ce week-end bien difficile! Mais tant pis je vais quand même me le repasser une petite fois! Flo-flo

Flo et Bruno 12/05/2007 22:07

Très émouvant le petit reportage sur Mezieres .Il reflete vraiment les moments de bonheur que toutes nos générations ont trouvé sur place avec une ambiance intacte de chaleur et de convivialité.Qui sait, peut être qu'un jour, comme Lans, ...Votre site est par ailleurs d'une très grande qualité , ce qui ne nous étonne pas...Bravo et sans doute au 9 juillet... Bises